« J’ai appris à regarder l’Italie en contemplant ses paysages depuis des trains, et à redécouvrir ses beautés et ses ruines » Pietro Marcello 29 MAI 2016 SÉANCES À 16H ET 18H AU CINÉMA LA CLEF (34 RUE DAUBENTON, 75005 PARIS)

Billet en vente sur le site de la Clef en cliquant ici.
Possibilité d’acheter un billet couplé pour les deux séances de 16h et 18h à 10€ (au lieu de 13€) uniquement sur place.

Plan d'accès

A l’occasion de la sortie en salles de son dernier film Bella e perduta , nous nous proposons de vous faire (re)découvrir deux des films précédents de Pietro Marcello, jeune documentariste, représentant du nouveau cinéma italien.

Rejoignez l’événement facebook

Il passaggio della linea, filmé en 2007, a été sélectionné dans la section Orizzonti de la Mostra de Venise et nominé pour le prix du meilleur documentaire au David de Donatello 2008. Titre à l’identique de celui d’un roman policier de Georges Simenon, le passage de la ligne débute par un texte tiré de cette œuvre : « J’ai franchi trois fois la ligne, la première fois en fraude, avec l’aide d’un passeur, en quelque sorte, une fois au moins légitimement, et je suis sans doute un des rares à être retourné de plein gré à son point de départ. »

Image du film "Il passaggio della linea"
Image du film « Il passaggio della linea »

Entièrement tourné dans des trains de nuit fréquentés par les pauvres et les immigrés, c’est un voyage élégiaque du nord au sud à travers l’Italie. Ces trains express à longue distance, abandonnés à un destin de décadence lente, traversent la péninsule du soir au matin. Une succession de paysages, de bâtiments, de visages, de dialectes, de voix composent un mélange se métamorphosant en un seul corps.

A l’intérieur des compartiments austères, s’entrecroisent les vies de passagers parlant souvent des langues étrangères, porteurs d’histoires lointaines et habitués à parcourir de longues distances en utilisant le moyen de transport le plus modeste et le plus accessible.

IMAGE DU FILM "La bocca del lupo"
IMAGE DU FILM « La bocca del lupo »

En 2010, son premier long métrage, entre le documentaire et la fiction, La bocca del lupo, remporte le Teddy Award du meilleur documentaire au festival de Berlin et le Grand Prix du Cinéma du réel. Marcello construit un récit sensible, grandiose qui est un hymne à l’amour. Il met en scène Enzo qui a passé la moitié de sa vie derrière les barreaux d’une prison. Multirécidiviste, le gangster Sicilien y a pourtant trouvé l’amour, et une forme de salut, grâce à la poésie. C’est son portrait que dessine Pietro Marcello, restitué par bribes, comme autant de morceaux d’une vie brisée, et celui de cette population marginale des quartiers Génois de Croce Bianca, Via Prè, Sottoripa, dédale de ruelles coupe-gorge. C’est aussi le récit d’une histoire d’amour hors du commun, nourrie de la longue attente d’un paradis simple où l’on peut enfin vivre ses moments perdus.

Biographie de Pietro Marcello
Affiche du film ''LA BOCCA DEL LUPO''