Gagner un championnat demande de l’entraînement. Vaincre la bureaucratie aussi.15 MARS 2017 SÉANCE À 20h30 AU CINÉMA LA CLEF (34 RUE DAUBENTON, 75005 PARIS)

Plan d'accès

A Naples, le football est une institution. Les joueurs de l’Afro Napoli United, une équipe unique au monde car majoritairement composée d’étrangers, ont un rêve commun : régulariser leur situation. Leur talent les aidera-t-il dans leur combat pour l’intégration ? Ce beau documentaire fait de nous des témoins de leurs histoires, leurs rêves et leurs difficultés.

Rejoignez l’événement facebook

En 2009, à Naples, à deux pas de la Piazza Garibaldi, est né l’Afro Napoli United, une équipe de foot composée surtout d’immigrants d’Afrique, d’Amérique du Sud et d’italiens de deuxième génération. Ils jouent des tournois amateurs dans la banlieue nord de Naples et gagnent. Toujours.

Photo du film "Loro di Napoli"
Photo du film « Loro di Napoli »

Cinq ans plus tard, le rêve d’Antonio, le président et fondateur de l’Afro Napoli, est d’amener ses garçons au niveau national. Et c’est alors que son projet se trouve face à un mur : la bureaucratie sportive et les lois italiennes. La quête des permis de séjour et des attestations de résidence sont autant d’obstacles qui empêchent les joueurs de l’Afro Napoli United de jouer au football dans les championnats réservés aux Italiens « réguliers ». Mais, grâce à la persévérance et aux efforts d’Antonio, ces garçons arrivent à obtenir leurs papiers et l’équipe est en mesure de s’inscrire dans la troisième division de la Ligue fédérale. Les protagonistes de cette belle histoire sont Adam, Lello et Maxime.

Adam, originaire de Côte d’Ivoire, a toujours vécu à Naples, à Secondigliano, et passe ses journées à courir après un rêve : trouver un emploi. Parfois, même de l’argent illégal ou facile. Il joue comme gardien. Lello est né à Naples, dans le quartier espagnol, d’une mère napolitaine et d’un père marocain. Ses parents ne l’ont jamais enregistré auprès de l’administration. Lello a 23 ans et il est l’un des très rares apatrides italiens. Maxime, vient de Côte d’Ivoire. Il faisait partie de la sélection nationale des joueurs de moins de 17 ans de son pays. Il vit dans une cabane dans la banlieue et espère un jour pouvoir intégrer une équipe de ligue A.

C’est à travers ces quatre personnages que Loro di Napoli raconte la confrontation quotidienne entre une intégration imparable et les retards et l’hostilité de la loi italienne dans un environnement difficile et exigeant comme celui de Naples.

Photo du film "Loro di Napoli"
Photo du film « Loro di Napoli »

Le titre du film est un jeu de mots autour de L’Or de Naples (L’ oro di Napoli), le nom d’une pizza et d’un célèbre film italien de Vittorio De Sica. Dans celui-ci est également caché le sens de son histoire. L’appartenance des protagonistes à une réalité comme celle de Naples et la reconnaissance mutuelle leur permettent, malgré mille difficultés et contradictions, de devenir « l’oro » (l’or) et donc une vraie richesse pour la communauté. La ville et ses bâtiments deviennent également des protagonistes du film, l’ombre et la lumière du Vésuve, de la périphérie, se mélangent lors des séances d’entraînement.

Nous nous proposons de vous faire découvrir ce beau portrait d’une jeunesse qui rêve d’intégration, bien représentée par Pierfrancesco Li Donni, qui a été récompensé par le Prix Télérama/Fipa (Festival International de Programmes Audiovisuels) 2016 et par le prix du meilleur film du Festival dei Popoli de Florence en 2015.

Biographie de Pierfrancesco Li Donni
Affiche du film ''Loro di Napoli''